Le champagne en quête de la gastronomie

“J’aime travailler le champagne, le vin pétillant champenois apporte une belle acidité et une saveur iodée très intéressante, qui permet de ‘relever’ le plat et de le rendre léger”, explique le chef (trois étoiles Michelin) Arnaud Lallement, sans rien au milieu. tablier blanc danse non-stop dans la cuisine de l’Assiette champenoise à Tinqueux (Marne).

En décembre, selon le site La List, l’entreprise est entrée dans les 15 meilleurs restaurants du monde, il a déclaré sans ambages : “Tous mes plats s’accompagnent de champagne.” Depuis une quinzaine d’années, il introduit cette “expérience” dans son clients et prêchant l’effervescence à table aux quatre coins du monde.

« Les gens sont souvent surpris lorsqu’ils se rendent compte qu’ils peuvent goûter plusieurs champagnes, une seule marque, voire un seul champagne », dit-il en souriant.

De son côté, Geoffrey Orban, diplômé en œnologie et directeur de l’Éducavin, estime que le champagne “sature plus le palais que les autres vins” et dispose de nombreux atouts pour s’imposer comme une “alternative”.

La région champenoise est si diversifiée que vous pouvez toujours trouver un champagne sur un plat, ce qui n’est pas le cas de toutes les régions viticoles”, a-t-il déclaré.